Il paraît que Justin Trudeau, le Premier ministre canadien, est embourbé depuis quelques jours dans un scandale de « blackfaces ». (…)

M. Trudeau s’est naturellement répandu en excuses, exercice où il excelle. Il s’est même excusé « profondément », comme s’il était possible de s’excuser superficiellement. Il n’a pas prévu, en revanche, de remettre sa démission, ni de se retirer de la course électorale, ni quoi que ce soit de ce genre. Des excuses, encore des excuses, mais c’est tout ; seulement, on parle ici de Justin Trudeau, chevalier blanc du multiculturalisme, dalaï-lama de la société inclusive. S’il y a un homme au monde de la part de qui un attentat contre le politically correct tel qu’un « blackface » est inadmissible, c’est lui. Au vu des principes qu’il professe, n’aurait-il pas dû, par souci de cohérence, pousser la contrition plus loin, annoncer qu’il se retire dans une grotte, se faire hara-kiri dans une avenue d’Ottawa ?

Cette indulgence à géométrie variable me fait penser au sketch des Inconnus, « Les Chasseurs ». Rappelez-vous : le mauvais chasseur, il voit un truc qui bouge, il tire ; le bon, il voit un truc qui bouge, il tire, mais c’est pas la même chose. Il en va manifestement de même en matière de « blackfaces ». Le mauvais « blackface » est un acte jugé raciste qui consiste à se grimer en Noir. Le bon « blackface » est un acte jugé raciste qui consiste à se grimer en Noir, mais c’est pas la même chose. L’auteur d’un mauvais blackface est voué aux gémonies, l’auteur d’un bon blackface s’en tire sans trop de casse. Il est capital de saisir cette nuance, valable pour de nombreux phénomènes ; en ce sens, le sketch des chasseurs fournit une grille de lecture précieuse pour étudier la vie politique, au Canada comme ailleurs. Prenez les vieux tweets de Richard Ferrand contre François Fillon, par exemple. Les benêts qui s’en sont émus n’ont pas retenu la leçon des chasseurs. C’est facile : le mauvais politicien, il est mis en examen, il ne se retire pas – Fillon. Le bon, il est mis en examen, il ne se retire pas – Ferrand, mais c’est pas la même chose. CQFD.

(…) Le Point

Recevez la revue de presse interdite !Inscrivez-vous dès maintenant ! C'est 100% gratuit !