Venu d’Allemagne et du Royaume-Uni, le mouvement #ExMuslim » se développe en France. Ces anciens musulmans défendent leur droit à l’apostasie et à la critique de l’islam. Jusqu’à flirter avec l’extrême droite ?

Ici, c’est une femme qui a quitté l’islam pour « Jésus » et subit depuis d’incessantes « agressions physiques et verbales ». Là, une autre qui s’est détachée de la religion mais continue de porter le voile en présence de son mari. Ou une jeune lesbienne de 16 ans qui ne se sent plus musulmane et dont le père lui a « juré [qu’elle irait] en enfer » après son coming out. Ces témoignages d’anciens musulmans, « apostats de l’islam », foisonnent sur les réseaux sociaux, souvent accompagnés du mot-clé #ExMuslim.

Déjà structuré à l’étranger, le mouvement émerge en France mais reste méconnu, même si des figures, comme l’ex-journaliste de « Charlie Hebdo » Zineb El Rhazoui, s’en revendiquent. Le but de ces « ex-musulmans » ? Défendre la liberté de conscience et le droit à critiquer non pas seulement l’islamisme mais l’islam tout court. Même si cela leur vaut souvent, en France, d’être récupérés par l’extrême droite… […]

Nouvel Obs

Recevez la revue de presse interdite !Inscrivez-vous dès maintenant ! C'est 100% gratuit !