Quelques centaines de soldats américains gardent le camp d’Al-Hol, où les lois strictes de l’Etat islamique sont appliquées. Ce camp de réfugiés tentaculaire dans le nord-est de la Syrie est défini comme étant un terrain fertile pour l’Etat islamique et une bombe à retardement.

Les gardes prétendent que l’Etat islamique dirige l’intérieur du camp et qu’ils ne font que garder la clôture. Dix mille étrangers y vivent. Ce sont les épouses et les enfants d’hommes accusés d’être  des combattants de l’Etat islamique. Les hommes sont pour la plupart morts ou en prison.

CBS News s’est rendu à l’intérieur du camp. Sa journaliste a rencontré des femmes qui refusaient de dire d’où elles venaient, mais dont l’accent était britannique. Elles ont légitimé les attaques terroristes de l’Etat islamique en Europe et aux États-Unis.

« C’est l’idéologie de l’Etat islamique, œil pour œil, dent pour dent. », a déclaré une femme.

Lorsqu’il y a de la violence ici – et il y a apparemment eu plusieurs meurtres – il est presque impossible de trouver les coupables, car toutes les femmes sont recouvertes .

Dans une vidéo de propagande de l’Etat islamique, des femmes envoient un message depuis le camp. L’une d’elles déclare « Nous sommes des bombes à retardement, attendez et vous verrez. » Dans une autre vidéo, de jeunes garçons scandent qu’ils vont écraser la tête des non-croyants.

Là-bas, il n’y a pas de véritables écoles, mais un garde a déclaré que le camp tout entier est en fait une académie de l’Etat islamique.

[…]

Cbsnews.com

Recevez la revue de presse interdite !Inscrivez-vous dès maintenant ! C'est 100% gratuit !