L’Université, propriétaire du terrain, la municipalité de Talence, avec le soutien de l’association d’entraide protestante du Diaconat, ont décidé d’accueillir 40 migrants dans des structures mobiles au château de Salles dans l’attente d’étude de leurs dossiers.

« Il faut que nous puissions montrer notre capacité à apporter une réponse humanitaire en respect de l’ordre républicain. » Emmanuel Sallaberry s’apprête à envoyer un courrier aux riverains du château de Salles, propriété de l’Université de Bordeaux, afin de les informer de l’installation prochaine de quarante migrants.

Sud-Ouest

Recevez la revue de presse interdite !Inscrivez-vous dès maintenant ! C'est 100% gratuit !