C’est une histoire qui émeut une bonne partie du voisinage. Philippe a 63 ans et, faute de logement, s’est constitué un abri dans des toilettes publiques à Vannes (Morbihan).

À quelques pas d’une école, en face d’une église, se cache Philippe, 63 ans. L’ancien ouvrier de chez Michelin à Vannes (Morbihan) a installé un matelas et quelques couvertures dans des toilettes publiques de la commune, là où il se loge en attendant mieux.

Lorsqu’on lui demande de raconter son histoire son visage alterne entre pleurs et rire soudain. Deux ans qu’il vit ici. Il y a de quoi perdre un peu la tête. « J’ai perdu mon logement et la garde de mes enfants après un divorce », raconte-t-il.

Dans une odeur pestilentielle, Pascale Vola et son équipe de gilets jaunes viennent le voir chaque vendredi. Au menu de cette soirée de la Saint-Valentin, des pâtes bolognaises faites maison. « On fait des repas depuis chez nous avec nos moyens », explique Pascale.

On effectue des maraudes chaque vendredi en début de soirée. On rencontre une vingtaine de sans-abris mais jamais vraiment les mêmes. Parler avec eux les aident aussi.

Marcel accompagne Pascale depuis quelques mois. La situation de Philippe l’a particulièrement bouleversée. « On ne peut pas rester indifférents. Rien que pour la dignité humaine ».

J’ai une crainte à chaque fois qu’on revient c’est de découvrir un cadavre.

(…) Actu.fr

Recevez la revue de presse interdite !Inscrivez-vous dès maintenant ! C'est 100% gratuit !