L’ancienne garde des Sceaux fait l’objet d’une information judiciaire pour « abus de biens sociaux » et « corruption » dans le cadre d’activités pour une filiale de Renault-Nissan.

« On sait à peu près qui peut être à la manoeuvre ». Rachida Dati s’est défendue face à l’enquête dont elle fait l’objet, qualifiant les accusations « d’instrumentalisation de la justice. La candidate pour les municipales à Paris, tout juste investie par Les Républicains, s’est dite victime d’une « manipulation » venant, selon elle, d’un avocat issu d’un ancien groupuscule d’extrême droite. A l’antenne de franceinfol’ex-ministre de la Justice a assuré qu’elle ne laisserait pas « des salopards » instrumentaliser la justice.

[…]

Actu Orange

Recevez la revue de presse interdite !Inscrivez-vous dès maintenant ! C'est 100% gratuit !